LA PETITE HISTOIRE D’UNE GRANDE MISSION

La Dauphinelle, un organisme sans but lucratif, est née en 1982 de la volonté d’un petit groupe de personnes décidées à répondre à un impérieux besoin de ressources pour les femmes en difficulté avec ou sans enfant, dans la région de Montréal.

Elle s’est donnée pour mission d’offrir aux femmes victimes de violence conjugale, familiale, et en difficultés, ainsi qu’à leurs enfants, un refuge sûr et un soutien psychosocial professionnel afin de leur permettre une reprise de pouvoir sur leur vie, la réalisation de leur plein potentiel d’autoréalisation et d’autodétermination.

En 2006, La Dauphinelle accueillait 66 femmes et 72 enfants et faisait de nombreux refus pour manque de place. L’organisme a donc décidé de déménager la maison d’hébergement afin de répondre aux besoins des femmes et des enfants en augmentant sa capacité d’hébergement. Ce sont maintenant plus de 130 femmes et 180 enfants qui sont maintenant accueillis chaque année. Notre mission s’articule autour de 5 volets :

  • histoire-maison-interieurle gîte;
  • les repas;
  • la sécurité;
  • le soutien psychologique;
  • les stratégies d’intégration sociale.

L’approche de La Dauphinelle repose sur l’importance de redonner aux femmes victimes de violence conjugale et en difficulté l’autonomie qu’elles ont perdue et qui leur est essentiel de retrouver. La perte d’autonomie a une incidence directe sur la confiance en soi et bien entendu, sur la capacité de réussir dans la vie.

Avec une capacité d’hébergement de 24 places et une durée de séjour pouvant aller jusqu’à huit semaines, l’aménagement de la maison permet de s’adapter à la grandeur des familles et nous pouvons accueillir les enfants jusqu’à l’âge adulte, soit 18 ans.

Parmi les valeurs et les principes qui guident nos actions, soulignons : le respect, la sécurité, la confidentialité, la transparence, l’authenticité, l’autonomie, l’éthique professionnelle, la liberté, l’égalité, le bien-être et la connaissance.

“Je vous remercie pour tout. Vous serez toujours dans ma mémoire et je vous aime plus que je ne saurais l’écrire”. – Noémie 16 ans